Quelques prévisions mondiales pour 2012

jeudi 5 janvier 2012
par  Michaël MANDL
popularité : 2%

D’un point de vue mondial, il n’est pas inutile de rappeler les prévisions parues dans ces colonnes il y a un an : « Uranus, l’astre des innovations mais aussi des révolutions, laisse présager des changements majeurs à de nombreux niveaux. Sur le plan politique, c’est en 2011 que devraient vraiment émerger – et s’affirmer sans détours – de nouvelles tendances visant à un renouveau fondamental, quitte à faire table rase d’un certain passé ». Ce renouveau qui s’est manifesté de façon éclatante en 2011 se confirme et on peut même penser qu’il s’étende, mais aussi qu’il se radicalise. Les tensions dans certaines régions du monde seront palpables et pourraient même se révéler explosives... Dans ce contexte, il est évident que les régions « à risque » sont à éviter, en particulier pendant l’été.

Il faut toutefois préciser que le premier semestre est à l’enseigne d’une relative stabilité, voire d’une certaine reprise, ce y compris en termes économiques. C’est une période au cours de laquelle le pragmatisme devrait prévaloir, même s’il ne faudra pas non plus rechigner sur les efforts.

C’est en fait à partir de l’été que la « météo astrale » prend une tournure plus orageuse. Il faut alors s’attendre à de nombreux retournements, ainsi qu’à l’émergence de nouvelles forces qui auront souvent un rôle décisif. Des tournants assez délicats seront négociés à partir de là, qui pourraient s’étaler jusqu’au début 2015 ! En ce sens, le virage historique qui s’est négocié en 2011 dans plusieurs pays arabes n’est qu’un début et d’autres grands bouleversements devraient encore se manifester. Même s’il ne faut pas craindre quelque fin du monde que ce soit, 2012 et les deux années qui suivront marquent un cap majeur dans l’histoire : des changements radicaux de régimes sont encore à prévoir, ainsi que l’affirmation de plus en plus évidente de nouvelles puissances sur le plan mondial.

L’exigence de changements à tous niveaux sera sans doute criante et pourrait ainsi ouvrir le champ à davantage d’humanisme, mais on peut aussi craindre que cela se traduise progressivement par l’émergence de nouveaux « maîtres à penser » et autres « gourous », sous couvert de concepts liés à la spiritualité ou à l’hygiène de vie.

Le premier semestre est la période de plus grande stabilité, où de nombreux efforts porteront leurs fruits, tandis que les attitudes les plus résolues et les plus constructives seront de mise. Le deuxième semestre verra éclater au grand jour certaines situations parfois aussi étonnantes que choquantes, mais ce sera alors aussi le moment de négocier d’importants tournants à de nombreux points de vue, pour insuffler de nouveaux élans.

On notera aussi que les configurations du deuxième semestre ne sont guère rassurantes en termes accidentels, qu’il s’agisse de phénomènes naturels ou non : mieux vaudra alors éviter de prendre des risques inutiles...

Belgique :

Rappelons ici aussi les prévisions pour 2011 (rédigées en novembre 2010) : « La crise institutionnelle se poursuit, mais la situation semble évoluer au seuil du printemps. Les discussions et négociations s’annoncent encore serrées et c’est sans doute à partir de l’été que la perspective s’éclaircira. (...) La Belgique devrait de toute façon franchir un cap important au cours du deuxième semestre, sans doute sur des bases constitutionnelles renouvelées, mais sans pour autant que l’on doive craindre un « scénario catastrophe ». (...) La carte du ciel du Roi Albert II présente de bonnes configurations à partir de l’été, ce qui laisse supposer que son action et ses interventions seront encore et peut-être davantage appréciées. » C’est en effet au printemps que Elio Di Rupo a été nommé formateur ; il a fallu ensuite attendre l’été et la réaction du Roi Albert II pour que les négociations prennent enfin une nouvelle tournure, qui a débouché sur une profonde réforme. On notera à ce propos que la phase annoncée d’impopularité pour Bart De Wever, avec une tendance plutôt négative à partir du printemps, s’est en fait révélée être une mise à l’écart de la table des négociations...

En 2012, la position d’Elio Di Rupo se renforce, en particulier au cours du premier semestre, avec un rôle de premier plan à jouer pour le pays, même si la tâche ne sera pas des plus faciles...

La carte du ciel de Elio di Rupo (Ndla : dans l’impossibilité d’obtenir le renseignement officiel auprès des registres de l’état civil, l’heure de naissance est plausible, mais pas certaine) :

Bart De Wever, pour sa part, ne démentira pas à sa réputation, se montrant sans doute encore plus tranchant dans ses propos, ainsi que dans ses faits et gestes. Sa popularité ne semble de toute façon pas près de diminuer, au contraire, et s’il est probable que certains actes puissent se retourner contre lui au cours du premier semestre, il devrait tout de même faire encore beaucoup parler de lui, surtout à l’automne.

La carte du ciel de Bart De Wever :

Le Roi Albert II devrait conforter son rôle d’autorité morale, acquérant une nouvelle stature aux yeux du pays. Sa place comme sa fonction ne semblent nullement en question et on peut même penser qu’il marque profondément les esprits en 2012. On constate d’ailleurs que, pour notre Roi également (comme pour Bart de Wever), l’automne sera une période importante. A noter enfin que des soucis d’ordre privé sont possibles, avec notamment les relations familiales (ou plutôt : filiales...) qui ne devraient guère s’améliorer, que du contraire, surtout si l’on considère aussi la carte du ciel du Prince Laurent...

La carte du ciel du Roi Albert II :

La carte du ciel du Prince Laurent :

Etats-Unis :

Même si elles n’auront lieu que le 6 novembre, les élections présidentielles américaines captent naturellement toute l’attention pour ce pays en 2012 : Barack Obama sera-t-il réélu ? La prévision est d’autant plus difficile qu’à l’heure actuelle (novembre 2011) on ne connaît pas encore le nom de son adversaire républicain. S’il est vrai toutefois que 2012 ne sera pas une année facile pour l’actuel président, avec de rudes batailles à mener notamment sur le plan intérieur (mais aussi s’agissant des forces armées à l’étranger), il n’en aura pas moins toutes les chances d’être réélu : pour que ce ne soit pas le cas, il faudrait qu’il ait un opposant vraiment exceptionnel face à lui...

Globalement, on peut penser que les Etats-Unis auront plutôt tendance à se rassembler autour de leur président, pour garder une certaine forme de stabilité face à une situation qui, elle, ne le sera pas nécessairement.

La carte du ciel de Barack Obama :

France :

Dans ce cas aussi, la question qui brûle sur toutes les lèvres est celle de savoir qui sera élu à la présidence : Nicolas Sarkozy a-t-il des chances de prolonger son mandat ? Et quid de ses adversaires ? Sans pouvoir faire une analyse exhaustive de chacun des candidats, voyons qui se distingue sur le plan astrologique :

Nicolas Sarkozy présente clairement la carte du ciel d’un meneur, mais est-il fait pour résister à long terme ? Son élan n’est-il pas retombé aussitôt qu’il a eu l’occasion de l’inscrire dans la durée, c’est-à-dire très rapidement après son élection ? Le président français dispose tout de même aussi de ressources et d’énergies qui s’exaltent dans les défis, les affrontements et les batailles, quitte à y aller seul, tête baissée et à s’exposer directement. Or, il semble qu’il sera particulièrement remonté et conquérant en 2012 !

La carte du ciel de Nicolas Sarkozy :

La question subsidiaire dans ce contexte est : et Marine Le Pen, quel rôle jouera-t-elle ? La présidente du Front National ne semble pas en mesure d’en imposer comme ce fut le cas pour son père en 2002. Il semble difficile qu’elle puisse passer le premier tour de l’élection, même si elle ne devrait pas pour autant avoir dit son dernier mot dans une perspective à plus long terme.

La carte du ciel de Marine Le Pen :

Quant à François Hollande, le candidat du PS semble parfaitement en mesure de passer le premier tour, même si la campagne s’annonce pour lui assez dure et qu’il pourrait faire l’objet d’attaques virulentes, ou peut-être devrait-t-il davantage se méfier de ses prétendus alliés...

La carte du ciel de François Hollande :

Ainsi, même si l’astrologie n’est pas une science exacte, l’horloge astrale semble pointer vers un second tour entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, ce dernier ayant ensuite toutes ses chances d’être reconduit.

Logiciel : Zodiac 6.0

Michaël MANDL

www.zodiaque.be



Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois