Quelques prévisions mondiales

mardi 11 janvier 2011
par  Michaël MANDL
popularité : 2%

En termes planétaires et sur le plan mondial, Pluton, l’astre des transformations et des remises en question fondamentales, continue à œuvrer au niveau des plus hautes instances sociales, politiques ou religieuses. En ce sens, on peut encore s’attendre à quelque scandale ou autres révélations touchant – et tachant… – des représentants de l’un de ces pouvoirs, avec une exigence de justice grandissante. La nécessité d’une refondation profonde sera donc encore d’actualité, avec pour corollaire des questions relevant notamment de l’identité nationale, des valeurs familiales et de la protection de l’enfance, sans oublier celle plus fondamentale des abus de pouvoir.

Pour sa part, le mouvement d’Uranus, l’astre des innovations mais aussi des révolutions, laisse présager des changements majeurs à de nombreux niveaux. Sur le plan politique, c’est en 2011 que devraient vraiment émerger – et s’affirmer sans détours – de nouvelles tendances visant à un renouveau fondamental, quitte à faire table rase d’un certain passé. Il faudra toutefois aussi compter sur la poursuite de crises institutionnelles ou sur des résistances au changement, du moins tout au long du premier semestre, mais cela n’empêchera pas une évolution plus évidente qu’en 2010, dont les effets se feront sentir entre 2012 et 2015. En ce sens, 2011 est une année charnière nous plaçant sur le seuil d’une grande réorientation, qu’il s’agisse de valeurs ou d’hommes, avec souvent l’émergence de « nouvelles têtes ». Les alliances, associations et autres formes d’entente seront souvent sujettes à retournements et elles pourraient même basculer radicalement. Dans les régions les plus sensibles du globe, des prises de pouvoir par la force, des mouvements révolutionnaires ou de nouveaux conflits sont malheureusement à redouter.

La science connaîtra d’importants développements dans de nombreux domaines, qu’il s’agisse de l’intelligence ou de la vie artificielle, de la technologie de pointe, de la robotique et de la cybernétique, avec l’introduction d’outils révolutionnaires, mais aussi l’émergence de questions et de problématiques touchant à la notion d’individu, d’individualité, d’identité personnelle, ainsi qu’à la liberté individuelle et au respect des droits de chacun. Dans le secteur médical, on peut s’attendre à de grandes découvertes dans la compréhension des mécanismes cérébraux, mais aussi à des avancées en matière de neurochirurgie, ainsi que pour le traitement des troubles neurologiques.

La libre-entreprise sera davantage favorisée, avec là aussi l’apparition de nouvelles forces, pour ne pas dire de nouvelles puissances, parfois aussi percutantes qu’éphémères…

Sur le plan économique, il ne semble pas qu’il faille craindre le pire, même si nous ne sommes pas encore au bout du tunnel de la crise, et l’on peut même penser que le deuxième semestre correspondra à une période de reprise ou de relance relative, peut-être liée à la découverte de nouvelles ressources ou à l’exploitation d’énergies plus écologiques.

En somme, les configurations célestes devraient nous inciter à aller vers des horizons dont seraient dégagées les scories de structures trop gangrenées, à quelque niveau que ce soit, pour permettre l’émergence de nouvelles valeurs, plus radicales et plus sévères sans doute mais aussi plus claires et plus rigoureuses.

Belgique :

La crise institutionnelle se poursuit, mais la situation semble évoluer au seuil du printemps. Les discussions et négociations s’annoncent encore serrées et c’est sans doute à partir de l’été que la perspective s’éclaircira. Les questions d’ordre fiscal et économique (sécurité sociale, pensions, …) feront l’objet d’âpres négociations, davantage que celles relatives à une éventuelle partition territoriale. La Belgique devrait de toute façon franchir un cap important au cours du deuxième semestre, sans doute sur des bases constitutionnelles renouvelées, mais sans pour autant que l’on doive craindre un « scénario catastrophe ».

La fonction royale sera encore en question, avec un rôle que l’on voudra rendre de plus en plus symbolique, mais la carte du ciel du Roi Albert II présente de bonnes configurations à partir de l’été, ce qui laisse supposer que son action et ses interventions seront encore et peut-être davantage appréciées.

Les configurations touchant la carte du ciel de Bart De Wever ne laissent pas présager davantage de souplesse dans son attitude ni dans ses propos, que du contraire, mais il semble que cela risque de se traduire par une diminution de sa popularité. Pour lui aussi, la période à cheval entre la fin de l’hiver et le début du printemps s’annonce importante mais, dans son cas et contrairement au thème du Roi Albert II, la tendance est plutôt négative…

La carte du ciel de Bart De Wever :

La carte du ciel d’Albert II de Belgique :

Etats-Unis :

La présidence de Barack Obama se situe dans une phase de fin de cycle pour les USA ; autrement dit, chargée d’innombrables espoirs face aux différents problèmes que doit affronter la nation, forte aussi d’une vision différente des rapports humains et sociaux, mais également imprégnée de valeurs expiatoires et de renoncement. En ce sens, 2011 ne sera pas une année facile, ni sur le plan économique où la crise fera encore des dégâts, ni sur le plan politique où le rejet à l’égard du président devrait prendre de l’ampleur, surtout au cours du premier semestre, une période au cours de laquelle on peut s’attendre à des événements retentissants d’ordre intérieur. Barack Obama bénéficie cependant de configurations favorables au cours de la deuxième moitié de l’année, ce qui devrait lui valoir quelques prises de positions et autres engagements remarquables, ainsi qu’un regain de popularité.

La carte du ciel de Barack Obama :

France :

La grogne populaire devrait encore se faire entendre, particulièrement au cours du premier semestre, avec le risque que d’importants mouvements sociaux se déploient. Les actions pourraient même se radicaliser et certaines revendications finiront sans doute par être entendues.

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy ne semble pas pouvoir remonter et, au contraire, elle devrait encore chuter... Le président français risque en effet de s’enfermer dans une logique qui le mènera à être de plus en plus isolé, non seulement par rapport à la population mais aussi vis-à-vis de sa propre famille politique.

La carte du ciel de Nicolas Sarkozy :

Logiciel : Zodiac 6.0

Michaël MANDL

www.zodiaque.be



Commentaires

Navigation

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois